Je me l’étais juré.

Il y a des choses que je m’étais juré de ne jamais faire à mes enfants. Parce que ma mère faisait ça et ça me gossait au plus haut point.

Genre : licher mes doigts pour nettoyer un petit spot de saleté sur leur visage . On va se le dire , c’est vraiment pas nice pour le kid, c’est honteux. Mais en tant que maman, chaque minute rentabilisée (aller chercher et mouiller une débarbouillette ça peut être long, oui.) est une victoire. Quand je fais ça (shame on me, oui, c’est déjà arrivé) je m’arrange pour que personne me voit au moins, ça me donne un semblant de bonne conscience.

Genre : raconter les histoires de ce qu’ils ont fait ou dit d’embarrassant devant eux. Je m’aime dont ben pas quand je réalise que je viens de possiblement gêner mon gars en racontant ses petites niaiseries devant lui, en parlant de lui comme s’il n’était pas là.
C’est probablement à la tête du top 3 de ce que je m’étais jurée de ne jamais faire en tant que parent, c’est probablement ce que je fais le plus souvent.

Si la tendance se maintient je me donne encore 3-4 années pour chialer sur la façon que les gars vont remplir le lave vaisselle et étendre le linge sur la corde (allo maman!). J’essaie de lâcher prise sur la façon dont mon chum m’aide aussi, pour m’y préparer. On a tous notre façon de faire les choses. De l’aide c’est de l’aide et elle devrait toujours être la bienvenue. 

Il y a aussi des choses que je m’étais juré de ne jamais dire à mes enfants. (Des fois c’est à mon chum aussi que je les dit, parce que mes enfants sont encore jeunes, mais puisque mon chum est le troisième enfant de la maison, on va faire comme si ça entrait dans la même catégorie. )

Genre : t’es CERTAIN que t’as passé la balayeuse? Dans le salon aussi? (Petit ricanement sarcastique.)Ben oui, ça l’air que malgré les précautions que je prend, des fois quand j’ouvre la bouche, c’est ma mère qui en sort. 

Quand petit poulet se fait mal. Que ça faisait quarante-douze fois que je l’avertissais d’arrêter. Pis qu’il se plante, j’ai juste le goût de lever les bras au ciel et de dire: mais QUESSÉ QUE JE T’AVAIS DIT ? Bon ok. Des fois je le fais, c’est teeelllleeeeement satisfaisant comme feeling, mais je me sens coupable 10 secondes après. Pis je vais le réconforter. Mais ça fait dont ben du bien de le spécifier avant toute chose.

Il y a aussi des choses pour lesquelles je comprenait pas que mes parents perdaient la tête. Je m’excuse papa et maman. I fuck*ng get it now. 

Genre : mettre mon linge sale par terre à côté du panier, cracher ma pâte à dents dans le lavabo et ne pas rincer, ne pas ranger le linge que vous aviez plié et qu’il termine en Moton fripé par terre au bout de deux jours, ne pas rincer mon assiette avant de la mettre au lave vaisselle, ranger la vaisselle sans l’essuyer, nettoyer la cuisine mais pas le lavabo. J’en passe et j’en passe. 

La beauté de la chose, c’est qu’avec tout ça, je sais que ma famille est normale ! C’est dans ces imperfections au quotidien que je sais que je suis une vraie maman. Une mère tout ce qu’il y a de plus ordinaire, et ça, ça me rassure. 

Pour plus de l’emmèredeuse c’est Ici