Notre petite relation pas moderne selon les autres.

Ça l’air que je suis pas de mon temps.
Parce que j’aime ça que tu aies besoin de moi.

Je le dirai pas très fort. Surtout, après aujourd’hui, je ne le répéterai pas.

Mais j’ai beau avoir une carrière à moi.

Gagner presqu’autant de sous que toi. 

Avoir été quelqu’un avant toi.

J’ai beau trouver que tu ne m’aides pas assez parfois.

 Ni assez souvent avec les tâches ménagères. 

J’ai beau trouver que tu pourrais plus t’impliquer. 

Et remarquer que je suis fatiguée. Cernée jusqu’aux étoiles. 

J’aimerais ça que tu prennes les devants plus souvent.

Que tu sortes les vidanges. Le mardi. Parce que oui, c’est toujours le mardi mon chéri.

Mais je t’échangerai pas. 

J’échangerais pas notre vie.

Parce que malgré tout, si tu n’avais plus besoin de moi du tout. Je me sentirais un peu perdue.

Parce que tsé, t’oublie toujours de te prendre une serviette avant d’aller dans la douche. 

Mais quand je t’entends m’appeler, tout dégoulinant et gelé, j’ai beau soupirer et chialer. 

Je t’échangerais pas.

Je ne voudrais pas d’une vie en parallèle avec toi.

On existe l’un sans l’autre. 

Professionnellement. 

Financièrement. 

Mais ma famille n’existe pas sans toi. 

La femme que je suis aujourd’hui, n’existerait pas sans toi.

Je le sais ben que si j’étais pas là… Tu marcherais sur la céramique froide pour aller te la chercher ta serviette. Tu mouillerais ben le plancher de la maison au complet. 

Mais, y’aurait personne pour s’inquiéter que tu te blesses en glissant sur ta propre flaque d’eau.

Si j’étais pas là. Tu dînerais au resto. Tu porterais sûrement des bas sales et dépareillés pour aller travailler.

J’ai beau chialer.

Mais j’aime ça, que tu aies besoin de moi. 

J’aime ça. Prendre soin de toi.

Le jour ou t’auras pu besoin de moi. Ou celui ou j’aurai pu besoin de toi. J’imagine que ce sera un peu le début de la fin. 

Pis ce jour-là. Je veux jamais qu’il voit le jour.

Parce que je nous aime comme on est. T’es mon meilleur ami.

Mes soirées de filles ont beau me faire du bien, j’ai toujours hâte de te revenir. Même si je m’amuse ailleurs, c’est toujours toi qui me fait le plus rire. C’est avec toi que je veux capitaliser mon temps sans les enfants et avec toi que je veux créer des souvenirs.

T’es mon humain préféré.

Avec les années, les bébés, la maison, le quotidien, les obligations et les paiements…J’avoue qu’on est pas devenus ce que je croyais qu’on allait devenir. 

Mais ce qu’on est devenu me comble encore plus. 

On est devenu un tout, encore plus beau que les voyages qu’on aurait pu faire et tout le matériel qu’on aurait pu acheter.

On s’est créé un petit cocon avec nos enfants que je n’ai jamais le goût de quitter.

Un cocon de confort, de douceur, de sécurité. Un cocon que j’ai cherché tout au long de ma vie, et que j’ai trouvé dans tes bras.

Alors je sais pas si ça fait de moi une femme moins moderne ? 

Une professionnelle moins efficace ?

Ça enlève tu de la valeur à la femme que je suis que d’aimer prendre le temps de suspendre tes chemises le soir?

Je le sais pas.

Mais j’ai besoin de toi.

J’ai l’impression que de nos jours, il faut être des femmes libres et indépendantes. Et que d’être aussi bien dans un rôle de femme qui aime prendre soin de son homme, de ses enfants et de sa maison, ça annule le fait qu’on peut l’être, libre et indépendante à la fois.

Libre je le suis. Parce que je l’ai choisi cette vie, et que je continue de la choisir tous les matins lorsque je m’ouvre les yeux.

Indépendante, je le suis aussi. Si jamais il nous arrivait le pire, je pourrais subvenir sans problème aux besoins de nos enfants.

Je ne pourrais pas vivre sans l’une ni l’autre de ces facettes de ma vie. 

De ma personnalité, de la femme que je suis.

Je me sens complète entre mon travail qui me permet de m’actualiser et le petit lunch que je te fais chaque soir. Je me sens complète dans mon besoin de toi et ton besoin de moi.

Être une femme moderne aujourd’hui, être libre de faire le choix de mener la vie que je veux. 

Être femme au foyer.

Ou avoir une carrière fructueuse.

Ou n’importe quoi qui se trouve entre les deux.

Pour être une femme d’aujourd’hui, il suffit d’être une femme. Aujourd’hui.

Et je ne pourrais pas me sentir plus femme qu’avec toi à mes côtés.

Author: l’Emmèredeuse

L’emMÈREdeuse, c’est moi : Catherine.
Maman de deux (petits monstres) adorables garçons : Thomas aka Petit Poulet et Henri aka Bébé Loup.
Je suis copropriétaire d’une famille recomposée remplie d’amour et de folie.
Ma plume prend parfois des chemins humoristiques, parfois des plus sérieux, mais toujours ceux de l’authenticité et de l’humilité.
Maman Louve à mes heures. Je partage avec vous les petits et grands moments de mon quotidien de maman.
De maman ben ordinaire.
Qui travaille à temps plein … Pis qui fait son gros possible.