La femme d’aujourd’hui

Dernièrement j’ai frappé un mur.

Parce qu’entre la femme que j’ai l’impression d’être. Celle que je voudrais être, et celle que je suis vraiment, j’ai l’impression qu’il y a quelque chose qui ne fonctionne pas.

La femme d’aujourd’hui, elle a fait des études. Elle réussit bien au boulot. Elle est cultivée et intelligente.

Elle a aussi la fibre maternelle très développée. Cela la déchire chaque matin d’aller porter son poupon à la garderie. Mais elle assume son besoin de s’actualiser ailleurs que dans la maternité.

Elle a su faire LE compromis. Travailler un jour de moins pour passer plus de temps avec ses enfants. Bien sûr son patron n’y voyait pas d’inconvénient.  Bien sûr son budget n’en souffre pas du tout.

Elle fait de l’argent, mais pas trop.

Elle est belle mais pas trop.

Mince, mais pas trop.

Elle a des courbes fémines, mais pas trop.

Pis c’est là que je l’ai frappé mon mur.

Je le sais pu si c’est correct je réussisse bien au travail.

Pis que ça me fasse sentir bien à propos de moi-même.

Je le sais pu si c’est correct que ça me brise en dedans l’idée que quelqu’un d’autre s’occupe de mon bébé.

Je le sais pu si j’ai le goût de retourner travailler.

Je peux juste pas me permettre de perdre ma liberté. Ma sécurité.

J’ai l’impression d’assumer aucune des décisions que je prends. J’ai toujours l’impression de décevoir quelqu’un à quelque part. De faire le contraire de ce qu’on s’attendrait de moi.

De faire le contraire de ce que je m’attends de moi-même.

Quand j’écoute mon cœur ma tête me laisse pas tranquille.

Pis quand j’écoute ma tête j’ai parfois envie de mourir.

Pourquoi pour être une femme d’aujourd’hui, il suffirait pas d’être simplement une femme, aujourd’hui.

Chacune ses envies. Chacune ses idées et ses besoins.

T’sais dans le fond j’ai pas de compte à rendre à personne.

J’aimerais dont ça me sentir libre de vivre ma maternité comme je veux. Et ma vie professionnelle comme je l’entends.

Vivre ma culpabilité si c’est ce que ressens. Sans me sentir coupable.

Et vivre ma non-culpabilité si c’est plutôt ça que je feel.

Les femmes d’aujourd’hui, on se permet de se conseiller entre nous. Même si on y est pas invitées.

On s’observe et on se compare.

À la place d’être solidaire.

On passe pourtant toutes à la même place. On souhaite toutes les mêmes choses : des enfants heureux.

On les aime tous nos cocos, même si on prend des chemins différents pour les faire grandir.

Il n’y a pas une seule bonne façon d’être une femme d’aujourd’hui. il n’y a pas qu’une seule façon d’être une bonne maman aujourd’hui.

Tout ce qui compte c’est l’amour.

Et c’est de se sentir en paix avec les décisions qu’on prend.

Faire la paix avec la femme qu’on croit qu’on est, mais qu’on réalise qu’on est pas.

Avec celle qu’on voudrait être, et celle qu’on est vraiment.

C’est la seule façon possible pour être entière : à la fois femme et maman.

Célébrons nous les femmes d’aujourd’hui.

Avec nos forces et nos faiblesses.

Célébrons les femmes qu’on était et celles qu’on sera jamais.

Célébrons les femmes que l’on est. Les belles, personnes, que l’on est. Avec nos travers, mais surtout, avec notre lumière.

Brisons les murs qui nous séparent.

Author: l’Emmèredeuse

L’emMÈREdeuse, c’est moi : Catherine.
Maman de deux (petits monstres) adorables garçons : Thomas aka Petit Poulet et Henri aka Bébé Loup.
Je suis copropriétaire d’une famille recomposée remplie d’amour et de folie.
Ma plume prend parfois des chemins humoristiques, parfois des plus sérieux, mais toujours ceux de l’authenticité et de l’humilité.
Maman Louve à mes heures. Je partage avec vous les petits et grands moments de mon quotidien de maman.
De maman ben ordinaire.
Qui travaille à temps plein … Pis qui fait son gros possible.