Je me sens même pas coupable.

Mon amie nouvellement devenue maman m’a sorti ce petit bijou de phrase au tout début de la vie de son bébé, il y a déjà quelques temps (ça va trop vite la vie).

 »Je me sens pas coupable (de faire garder son mini bébé) … Je suis tu normale ? »

Sur le coup, je me suis dit que non. (Shame on me) C’était pas normal. (Je m’excuse mon amie).

J’ai balbutié un espèce de  »ben non, ben non, c’est ben chill » avec un sourire awkward sûrement. Pis j’ai dévié la conversation.

J’y repenses souvent à ce petit bout de conversation avec mon amie de longue date. C’est drôle combien ça me confronte de voir que c’est une maman différente de moi. On dirait que j’aurais aimé mieux qu’elle s’auto-flagelle. Qu’elle se sente comme un tas de marde. Comme une mère  »indigne ». Parce Que pour elle, de confier son bébé à des gens de confiance, pour prendre soin d’elle et de son couple, c’est juste normal.

Pourquoi ? Pourquoi dont. Que ça me dérangeait qu’elle soit sereine. Pourquoi dont que sa façon de vivre sa maternité différente de la mienne me sacre une claque dans face ?

Parce que moi tsais, je me sens tout le temps coupable. De toute. tout-e.

Je me sens tout le temps comme une marde. Même quand je fais mon possible. J’ai l’impression que c’est pas assez. Que ce sera jamais assez. Que je serai jamais assez. Assez bonne. Assez stricte. Assez cool. Assez disponible. Assez accueillante. Assez aimante. Assez. Assez. Assez.

J’y reviens toujours à ce moment-là: « Je suis tu normale? ».

Et si c’était moi qui l’était pas ?

Je suis comme l’autre extrême de la mère. Virée  sul top un peu. Je pense qu’il existe un juste milieu.

Là je suis en voyage. Loin de mes enfants.

Pis je me sens pas coupable.

Je vis pour moi. Presqu’une semaine.

Pis je me sens pas coupable.

J’ai même l’intention de recommencer. Je m’ennuie. C’est certain. Mais pas autant que je le pensais (je suis horrible, je sais).

Mes petits monstres amours vont m’attendre à mon retour à la maison. On va reprendre notre vie là où on l’avait laissée.

En attendant ils se créent des souvenirs avec papi et mamie. Ils se font gâtés comme je l’ai fait avant eux avec mes grands-parents.

Pourquoi je me sentirais coupable?

J’avais tellement besoin de me retrouver, de retrouver l’amoureuse et la femme cachée loin, loin de la « moi » du quotidien.

Oui, besoin est le bon mot.

Besoin au même titre que de dormir et de manger. Au même titre que de faire pipi.

Pourquoi je me sentirais coupable de répondre à un de mes besoins ?

Je vais revenir en force. Reposée. Énergisée.

Pis en revenant j’ai même l’intention de  me trouver une petite gardienne. Une fois par mois.

Pis j’ai aussi l’intention d’essayer de ne pas me sentir coupable de l’appeler.

Author: l’Emmèredeuse

L’emMÈREdeuse, c’est moi : Catherine.
Maman de deux (petits monstres) adorables garçons : Tom le dresseur de loups et Henri le Bébé Loup.
Je suis copropriétaire d’une famille recomposée remplie d’amour et de folie.
Ma plume prend parfois des chemins humoristiques, parfois des plus sérieux, mais toujours ceux de l’authenticité et de l’humilité.
Maman Louve à mes heures. Je partage avec vous les petits et grands moments de mon quotidien de maman.
De maman ben ordinaire.
Qui travaille à temps plein … Pis qui fait son gros possible.