Mommy brain, les hormones ou deuil de mes facultés mentales. (Titre à choisir selon ta préférence)

J’ai réalisé en fin de semaine que mon bébé allait avoir 1 an dans quelques jours. J’ai vécu dans le déni le plus longtemps possible. Pas parce que ça me fait capoter de le voir grandir si vite, pas tant non plus à cause de mon retour au travail… Non c’est de réaliser que ça fait 1 an, pis que les maudites hormones ont pas encore fini de me fucker dans tête.

Comme, je croyais pas à cette légende urbaine-là avant d’avoir affaire avec la bitch en question. Les hormones c’tune invention du diable. Non. C’est pas juste la fatigue je te le jure.

J’ai l’impression que j’ai laissé mon cerveau dans la salle d’accouchement y’a 1 an. C’est comme si mon bébé avait pris la moitié de ma mémoire, la moitié de ma concentration et la moitié de mon intelligence.

J’ai deux enfants. Faites le calcul. La moitié chacun. Y’a deux moitiés. Tsé.

Ça me fait plaisir de contribuer guys ! Mais on en laisse un peu pour la madame s’il-vous-plait !

Je veux dire.. Je m’en doutais qu’en accouchant j’allais pas retrouver mon corps d’avant du moins, pas si je faisais rien pour… Mais personne me l’avait dit que j’allais me sentir comme un légume. Tsé… enceinte on oublie des choses, on pleure, on s’endort partout, c’est presque cute.

Mais je pensais honnêtement que j’allais redevenir comme avant-bébés facultés-mentale-parlant, dans un délai quand même raisonnable. Je recommence à travailler tsé !

Ça aussi c’était une croyance mignonne.

Je vais pas te mentir future maman, non. Y’a juste pu e-rien de comme avant.

Je le savais comme toi que j’allais grossir et possiblement avoir des vergetures…

Mais personne me l’avait dit que les veines de la face et des yeux allaient m’exploser en poussant l’héritier.

Maintenant, pu moyen de faire caca en paix : dès que je sens une petite pression down-there, dès que mon caca est un peu plus dur que d’habitude, j’ai une petite faiblesse. J’ai chaud.  J’essaie ben fort de pas pousser de la face. D’un coup que je me ramasse avec la même tête que le jour de mon accouchement.

C’est un peu pour la même raison que j’ai une équipe d’Hémorroïdes sur appel.

Une vessie pu fiable.

Des seins qui coulent des mois après l’arrêt de l’allaitement.

Sans oublier : une mollesse généralisée au corps en entier, des vergetures.

Des boutons d’adolescente alors que j’en ai jamais eu lors de mon adolescence, des bouffées de chaleur.

Ah et comme si c’était pas assez, j’ai aussi perdu la moitié de mes cheveux.

(J’espère sincèrement que mon chum n’a pas l’intention de me quitter, parce qu’avec tout ce que je viens de dire, je ne daterai clairement plus jamais de toute ma vie ha !)

J’ai aussi des trous de mémoire et de concentration. Ah mais ça je vous l’avais déjà dit. Tu vois ? J’avais déjà oublié.

Je pense que si on savait tout ça avant de tomber enceinte, la terre ne serait pas aussi surpeuplée.

Qu’est-ce que je voulais dire déjà ?

Ah oui, mes fils ont bientôt 5 ans et 1 an… Je pleure encore mes fonctions intellectuelles, depuis mon merveilleux et tant attendu + sur un petit bâton imbibé de pipi. Boss, STP, sois indulgent la semaine prochaine.

 

 »Il a l’intelligence de sa mère. Parce que son père a encore la sienne… » Je commence à le croire oui 😉