Ta première fête-un-peu-poche parce que maman feelait moche.

crédit photo de couverture : Zoom Studio

J’ai repoussé le moment d’écrire ce texte…Partagée entre une envie de pleurer (la dernière année a filée à toute vitesse) et entre l’immense fierté de voir le magnifique petit garçon en santé que tu es s’épanouir de jour en jour.

Tu es joueur, souriant, drôle, colleux, intelligent. Je t’aime tellement fort. Mon bébé tant attendu.

Tu n’as pas eu un anniversaire comme j’aurais voulu que tu ailles. Mais présentement, j’avais juste pas la force. Ça me fait de la peine, parce que ton premier anniversaire ne reviendra pas.

J’ai même pas fait de tableau Pinterest d’avance pour trouver des idées de nourriture thématique. Pas de photobooth, pas de guirlande de photos de toi mois par mois pour illustrer ta première année de vie.

Je me sens vraiment moche. Parce que maman, les anniversaires de ton frère habituellement, elle fête ça en grand.

Mais tsé, c’est pas parce que je t’aime moins que ton frère, vraiment pas… Mon énergie cette semaine, je l’ai ménagée pour toi. Parce qu’elle était présente en quantité limitée et que je me sentais déjà à fleur de peau de réaliser qu’une année entière s’était écoulée. Que mon congé de maternité était terminé. Que c’est déjà un premier chapitre qui se ferme.

J’étais envahie par mes émotions contradictoires et afin de prendre soin de toi du mieux possible j’ai fais le choix de te fêter intimement, simplement, seulement avec nos proches à la place de passer mes soirées à me coucher tard le soir pour préparer des décorations d’anniversaire. Parce que je connais les limites que j’ai présentement et je sais pertinemment qu’elles ne sont pas compatibles avec la fatigue. Je sais que j’aurai été impatiente lorsque tu m’aurais réveillée en pleine nuit parce que tu avais besoin d’être rassuré et bercé, ou au petit matin pour boire ton lait. Je sais que le lendemain, je ne me serais pas aimée en tant que maman.

Parce qu’on va se le dire petit coquin… À un an, tu ne fais pas encore tes nuits et je trouve ça difficile. Le meilleur moyen pour passer au travers de mes journées avec un minimum de zénitude… c’est de me coucher tôt.

Tu as donc eu une petite fête, mais remplie d’amour (c’est pas juste ça qui compte au fond?), un gâteau qui venait de l’épicerie, mais qui était très bon. C’est ton grand frère à choisi le thème de dinosaures, et à part une nappe en plastique et des ballons que jai achetés au magasin du dollar, on a décoré la maison avec les jouets et les peluches de dinos de ton frère. Pas de flaflas.

Tu as eu du plaisir, tu as adoré te faire chanter bonne fete. À 15 heures tout le monde étaient partis et moi j’étais couchée dans mon lit à essayer de me dire que c’était bien parfait ainsi.

Mais c’est plus fort que moi… Je me dis que j’aurais du me botter les fesses et me forcer un peu plus. Je regrette.

Alors laisse-moi prolonger un peu tout cela ici.

Les gens disent qu’au deuxième bébé, on prend moins de photos… ce n’est pas mon cas ! Te voici donc ta corde à linge de photos virtuelle mois par mois :

 

Tu es né à 37 semaines. J’avais un sentiment d’urgence les jours avant, je le savais que tu arriverais dans peu de temps. Tu as fait une jaunisse à la naissance, tu avais une lampe sur toi en tout temps à la maison, on t’appelait le petit luminou.

Voici tes faire-part de naissance.

 

Tu as refusé de prendre un bain jusqu’à l’âge de 6 mois, avant d’être capable de t’assoir en faits. C’était la crise totale. Pourtant, tu t’es baigné dans notre piscine tout l’été… Papa a donc pris sa douche avec toi tous les soirs pendant 6 mois… Jusqu’à ce qu’il ne soit plus capable de te prendre dans ses bras.

Le porte-bébé nous sauve la vie quotidiennement… Des fois je pense que tu voudrais retourner dans mon ventre.

Tu es un bébé insécure et sensible… Tu as dormi dans notre chambre (lit) toutes tes nuits jusqu’à 7 mois, ensuite tu les débutais dans ton lit, mais venait nous rejoindre pendant la nuit. Encore aujourd’hui, nos nuits se terminent en cododo. Tu dors collé-collé avec papa. Des fois je vous retrouve en cuillère… toi dans son dos.

Tu as une magnifique relation avec ton grand-frère. Il t’aime d’amour. J’ai l’impression que vous vous connaissez d’ailleurs et c’est ma plus grande fierté.

 

Bon 1 an mon bébé. Je suis choyée d’être ta maman. Je t’aime jusqu’aux étoiles filantes, merci d’illuminer mes journées.

*Il s’agit de photos personnelles qui sont la propriété de l’emmèredeuse les crédits photos lui reviennent, à l’exception des photos professionnelles de Zoom Studio.