Indispensable

crédit photo : Robbie Photographie

 

Je suis papa depuis plus d’un an. Mais, quand j’y repense, on dirait que ça fait une minute. J’imagine que c’est la même chose pour tout le monde. J’imagine que, vous aussi, vous regardez votre enfant et vous vous dites que vous n’avez pas vu le temps passer. Vous vous demandez «Est-ce que j’en ai assez profité? Est-ce que j’aurais dû faire autrement? Si seulement j’avais su.»

C’est normal. Être parent c’est accepter que pour le reste de nos jours on aura des doutes qui, subtilement, mais constamment nous chatouilleront les neurones. C’est tout de même peu cher payer pour le bonheur qu’avoir un enfant apporte.

Tous les jours je regarde mon fils avec admiration. Chaque petite réussite de sa part me rend plus fier que tous mes accomplissements personnels. C’est un privilège et un honneur chaque jour de lui apprendre à être un humain, de lui apprendre à être un homme.

Parce que oui, être un homme ça s’apprend et personne n’est mieux placé que moi pour apprendre à mon garçon comment le devenir. Je ne dis pas que je suis parfait, loin de là, je ne dis pas que je n’ai jamais fait d’erreurs, au contraire, et d’ailleurs les erreurs que j’ai fait on fait de moi la personne que je suis.

Mais parfois, en tant que père, il est facile d’oublier notre rôle. Dans les premiers mois de sa vie, il était soudé à sa mère. Elle était son nid, son réconfort, sa nourriture, sa balise de survie dans un monde qu’il ne connaissait pas. Mon rôle à ce moment-là était d’aider, du mieux que je pouvais, la  mère. Pour quelle soit heureuse, calme, zen, et mon fils aussi par le fait même.

Mais de fil en aiguille, mon rôle s’est complexifié. Le mandat devenait autre que celui de pourvoyeur. Je suis devenu, bouffon, compagnon de jeux, professeur… père. Être père ce n’est pas être le géniteur de quelqu’un, mais bien en être le mentor. Une personne unique que personne ne peut imiter.

Chaque jour, je tente de montrer à mon garçon que peu importe ce qui se passe autour de lui. Peu importe les chutes et les bobos, les rires et les cadeaux, il y a quelque chose qui ne change pas. Papa est là. Papa sera toujours là. Même quand papa est ailleurs pour donner des spectacles, il va toujours revenir. Je ne suis jamais bien loin.

Parfois je lis des articles, des blogues ou des chroniques qui parlent des hommes qui ne sont pas assez investis dans la vie familiale. Qui ne partagent pas bien les tâches, ne passent pas assez de temps avec leur enfant, avec leur blonde, leur famille. C’est désolant, je vous l’accorde. Mais il ne faut pas oublier qu’il y a des papas qui aiment et des papas qui savent que leur rôle n’est pas accessoire ou de second plan, leur rôle est indispensable.

Toi, père qui se sent délaissé et inutile dans le nid familial, sache que je comprends. Je sais que tu ne sais pas par où commencer. Tu as peur de déplaire, de pas en faire assez et pour éviter de te tromper, tu préfères rester en retrait. Mais moi je te dis: ose.

Ose passer du temps avec ton ou tes enfants, même si ce n’est que pour les regarder jouer. Les chatouiller un peu, les faire rire, leur lire une histoire. Chaque petit instant passé avec eux renforce la personne qu’ils seront. Plus fort, plus confiant, plus vrai. Car peu importe les tourments de leur vie, ils auront rapidement appris que papa est là. C’est le rôle que je me suis donné, c’est le plus gros contrat de ma vie, c’est la meilleure décision que j’ai prise.

Maintenant, je sais que sur terre je suis, pour une personne, indispensable.

Author: Simon Delisle

Humoriste depuis 10 ans, papa depuis 1. J’apprends mon nouveau métier une journée à la fois. J’observe grandir mon garçon avec stupéfaction et admiration. J’essaie de le conduire du mieux que je peux dans ce trajet sinueux qui le mènera à l’âge adulte. 
Même s’il se fait souvent plus discret, le papa aussi veut prendre une place importante dans la vie de son enfant. Je vais tenter d’être le messager de la majorité silencieuse des bons papas.
Laissez-moi vous dresser le portrait de la vie d’un papa occupé, qui jongle avec sa carrière, son couple et sa vie de famille, avec ses deux mains en tentant de ne jamais rien échapper.