»Je t’aime maman ».

Parce que je garderai toujours ta première carte de la fête des Mères.
Ca l’air de rien une fleur bleue tracée à la cire sur un carton plié en deux. Un texte écrit à l’ordi pis un léger ruban qui vient du magasin. C’est vrai que vu de même c’est banal. À la limite, ça reste un bout de papier gribouillé, mais non. C’est tellement plus que ça.
C’est un crayon que tu as choisi pour le bleu parfait, tu l’as attendu parce que c’est ton ami qui l’avait. T’as été patient, c’est lui que tu voulais pour ta maman. C’est difficile de faire un choix quand on est petit, mais tu savais que c’était lui qui me plairait.
Tu as tracé les lignes délicatement, parfaitement, et tu les as coloriées sans dépasser. Ta petite main tenait le crayon, ta petite langue était sortie, signe de ta grande concentration, et tu as pris tout ton temps pour faire de ta fleur, la plus belle au monde.
Bravo, tu as réussi. Ta fleur est merveilleuse, elle balance un peu au vent, c’est fou tout le soleil que tu as mis dedans. Ce n’est pas facile de dessiner la chaleur du printemps, la brise de mai pis toute l’odeur qui se dégage d’un pré. Quand je regarde ta fleur, moi, je vois tout ça. Ensuite, tu as collé le morceau de papier imprimé, tu as même pensé à le mettre un peu croche parce que tu sais que j’aime l’originalité. Tu as soigneusement appliqué la colle en sachant que jamais il se détacherait, tu savais que le message resterait gravé à tout jamais.
Après avoir plié ton carton, sur le dessus, tu as inscrit ton prénom, tu as signé ton œuvre avec du rouge, comme le rouge de ton chandail préféré que tu mets tout le temps. On l’a acheté ensemble, je m’en souviens, il t’allait si bien. …  »Je t’aime maman! » inscrit avec des petits brillants pour me rappeler la lumière dans tes yeux quand il fait très chaud, quand on va manger une crème glacée le soir après le souper. Tu sais quand on y va avec ton chien et que tu lui donnes ta dernière bouchée. C’est drôle parce que tu sais jamais si tu dois choisir vanille ou chocolat, alors tu prends celui avec les deux mélangés pour être certain de ne pas te tromper…
 »Je t’aime maman! » écrit avec des lettres parfaites que tu as beaucoup pratiquées en cachette pour garder ton secret. C’est tellement difficile de garder des cachotteries quand on a envie de les partager. Tu as trouvé une belle cachette, jamais je l’aurais trouvée. Tu sais que le ruban ne s’est jamais dénoué? Ta boucle était parfaite, beaucoup plus que celle que tu fais sur tes souliers. Tu as protégé ton trésor d’un nœud si serré que personne n’aurait pu le dérober.
 »Je t’aime maman » simplement de toi à moi, comme un moment égoïste qu’on veut garder juste pour soi. Un je t’aime un peu fleur bleue qui éclos le deuxième dimanche de mai et qui dure pour l’éternité. C’est incroyable tout ce que peut contenir un morceau de papier. J’y ai lu tout l’amour du monde en une seule seconde. Quelques mots, quelques couleurs et tu parviens à illustrer tout ce que contient mon petit cœur.
 »Je t’aime maman » le plus beau des messages, à la cire, à la craie, même avec de la peinture sur tes doigts. Encore aujourd’hui, après plusieurs années, ta fleur a préservé son bleu unique, ton prénom brille encore autant et le message, ce merveilleux message qui ne s’efface pas et qui grandit toujours même si aujourd’hui tu es rendu si grand …
 »Je t’aime maman », Moi aussi babe, je t’aime tant.

Author: Miss Rebelle

Mère de 2 ados, un chum, une maison, un chien, une job a temps plein, je balance entre l’envie d’un 2 et demi , et mon rêve américain, tout en me demandant dans lequel des deux, j’dormirais le mieux!
Blogueuse depuis quelques années, auteure de deux romans, je prend plaisir a faire de mon quotidien banal, des tranches de vie dans lesquelles vous saurez vous reconnaître! Bienvenue dans mon délire.