C’est la journée nationale du câlin et j’en profite pour vous parler de notre routine câlineuse du soir.

Aujourd’hui a lieu la ‘’global hug your kid day’’, soit la journée nationale du câlin et je ne pouvais pas passer à côté, parce que chez nous, on est une vraie famille de câlineux.

J’avais envie de vous parler de notre routine de câlins, mais je ne sais même pas par ou débuter tellement je réalise qu’on se colle tout le temps.

Il y a les câlins qui goûtent tellement bon le matin. Ceux qu’on prolonge le plus longtemps possible et qu’on termine les quatre ensemble dans mon lit.

Il y a les câlins qui souhaitent bonne journée, donnés à toute vitesse parce que les enfants sont pressés d’aller jouer.

Il y a les câlins du retour à la garderie. Ceux pour lesquels mon bébé crie et cour dans mes bras. Ceux qui me font sentir choyée d’être autant aimée.

Il y a les câlins d’avant dodo, quand une petite tête frisée s’assoupit contre mon épaule et devient de plus en plus lourde.

Et les câlins qui tremblent et qui mouillent un peu quand on est triste.

Les câlins, ça fait du bien, comme dit Thomas.

J’ai bien réfléchi et je suis incapable de choisir quel type de câlin je préfère.

Par contre, je peux vous parler du moment idéal selon moi pour câliner mes enfants, et c’est après le bain, quand ils sentent sucré et doux doux doux.

La routine d’après le bain est très importante chez nous, parce que c’est important que les garçons aillent au lit le cœur léger.

En sortant de l’eau, on s’essuie et on commence par mettre la couche. À la maison, on est en amour avec les produits Huggies : les couches little snugglers parce qu’on trouve que ce sont celles qui absorbent le mieux et que c’est plus que nécessaire la nuit avec notre accro-du-lait-avant-dodo. On ne jure aussi que par les lingettes natural care, puisqu’elles sont sans parfum et douces pour la peau de notre Henri-Sensible. On hydrate ensuite bien sa peau et puis on fait des bisous sur la bedaine et des câlins.

Henri a tendance à bouger vraiment beaucoup pendant le changement de couche et à pleurer beaucoup. Il est très impatient. J’essaie de rester calme, de lui parler doucement, de chanter, ou de lui changer les idées en lui offrant un jouet. Je termine par le crèmer et à le masser en m’attardant sur ses petites jambes qui grandissent pour une relaxation totale. J’essaie de prendre mon temps, pour vraiment en faire un moment de tendresse.

On dit que les enfants vivront environ 5000 changements de couches dans leur vie : c’est donc 5000 occasions pour les câliner hi hi hi !

Bien que les câlins soient bons pour tous, le programme d’Huggies  »un câlin pour tous les bébés » se concentre sur l’importance des câlins peau-contre-peau avec les bébés.

Quand Henri était bébé, je terminais la routine d’avant dodo en l’allaitant bien confortablement dans mon lit. J’en profitais justement pour faire du peau à peau avec lui, sachant tous les bienfaits que cela emmènent aux bébés : régularisation de la température, aide au sommeil, stabilisation des battements du cœur et aide à la prise de poids, pour ne nommer que ceux-là.

Maintenant qu’il a grandi, c’est plutôt papa qui pratique encore le peau à peau avec lui le soir, alors qu’il le berce avant de le coucher. Ça leur procure un sentiment de proximité, de tendresse et de réconfort. Sans parler du lien d’attachement merveilleux qu’ils ont su créer au fil des câlins.

Ce que j’ai envie de vous dire au fond, c’est de saisir chaque opportunité de câliner vos enfants qui passe. Et quand vous les serrez dans vos bras, ne soyez jamais le premier à terminer le câlin, parce que vous ne savez pas combien longtemps ils en avaient besoin.

Author: l’Emmèredeuse

L’emMÈREdeuse, c’est moi : Catherine.
Maman de deux (petits monstres) adorables garçons : Tom le dresseur de loups et Henri le Bébé Loup.
Je suis copropriétaire d’une famille recomposée remplie d’amour et de folie.
Ma plume prend parfois des chemins humoristiques, parfois des plus sérieux, mais toujours ceux de l’authenticité et de l’humilité.
Maman Louve à mes heures. Je partage avec vous les petits et grands moments de mon quotidien de maman.
De maman ben ordinaire.
Qui travaille à temps plein … Pis qui fait son gros possible.