Ma petite dépendance | bilan #juilletsansachat

Mes abonnés d’instagram savent que j’ai tenté de passer tout le mois de juillet sans dépenser. Dépenser pour rien, pour des choses que je n’ai pas besoin. Et mon #juilletsansachat a été beaucoup plus difficile que prévu. Vraiment beaucoup plus difficile que prévu.

Je me suis rendu compte que je dépensais beaucoup trop. Et qu’au final, le matériel ne me rendait pas plus heureuse. Au contraire, une fois le petit high passé je me sens super coupable d’avoir dépensé « pour rien ».

J’ai entamé ce mois-là un peu à la blague, un peu pour dire en mon chum : « tu vas voir tu capotes pour rien ». Puis finalement … pas tant.

Je suis chanceuse Parce qu’on a une vie plus que confortable. Mes achats remplissaient un peu mon vide intérieur. Consolaient temporairement ma tristesse et apaisaient momentanément mes angoisses, avant d’y mettre le feu.

J’ai compris que comme dans toute dependance, une fois l’effet d’apaisement qui est vraiment éphémère passé, la tristesse et l’anxiété atteignaient de nouveaux sommets.

C’était encore pire.

La culpabilité et la détresse côtoyaient la honte.

Donc en faits, mon juillet sans achat a été un échec cuisant.

Plus je me retenais pour ne pas acheter, plus j’abusais quand je flanchais.

Tellement décevant.

J’ai compris que « prendre soin de moi » ne voulait pas dire me gâter avec des trucs qui s’achètent. Mais de m’écouter, de prendre ça relaxe. De profiter des petits bonheurs que la vie nous offre gratuitement!

Je me suis rendu compte aussi à quel point certaines compagnies nous hameçonnent.

Avec leurs infos lettres qui rentrent parfois plusieurs fois par jour pour nous annoncer leurs mégas-géniales-nouveautés-en-quantité-ultra-limitée et leurs soldes fous-dans-la-tête-que-tu-ne-peux-pas-manquer. Je me suis donc désabonnées des infos lettres les plus agressives.

Je me suis rendu compte à quel point c’était beaucoup trop facile de dépenser sans réfléchir : sans même avoir à se lever et sortir sa carte de crédit de son portefeuille.
Mes codes PayPal tout enregistrer sur mon téléphone.

Et le nouvel app « Apple Pay » censé nous faciliter la vie mais qui nous facilite plutôt l’endettement.

Comme je disais plus tôt, je suis chanceuse d’avoir une vie aussi confortable. Mes dépenses n’ont pas nuit tant que ça à notre portefeuille. Au quotidien ça ne paraissait pas. On a mangé, sorti, on a paye nos comptes. Mais quand j’additionne le total de mes dépenses personnelles au bout du mois, j’ai mal au coeur.

J’essaie donc quelque chose de nouveau: je vais m’imposer une limite de dépense perso par semaine. J’essaie ça. Un budget quand même raisonnable, que j’ai l’intention de diminuer encore plus éventuellement.

Un peu comme une toxico qui tente de se desintoxer à la maison comme une grande. (C’est fou han mais c’est vraiment l’exemple qui me vient en tête).

Ce qui me rend le plus triste, c’est que vous êtes des centaines à m’avoir écrit pour me dire que vous viviez la même chose que moi. Et ça c’est vraiment mais vraiment fou quand on pense à tôt l’argent qu’on jette par les fenêtres en gang !

Come on les filles, on est plus fortes que ça !

Je suis curieuse de savoir comment ça c’est passé pour toutes celles qui ont fait #juilletsansachat avec moi ! Quelles conclusions en avez-vous tiré ? Avez-vous modifié vos habitudes ?

Author: l’Emmèredeuse

L’emMÈREdeuse, c’est moi : Catherine.
Maman de deux (petits monstres) adorables garçons : Tom le dresseur de loups et Henri le Bébé Loup.
Je suis copropriétaire d’une famille recomposée remplie d’amour et de folie.
Ma plume prend parfois des chemins humoristiques, parfois des plus sérieux, mais toujours ceux de l’authenticité et de l’humilité.
Maman Louve à mes heures. Je partage avec vous les petits et grands moments de mon quotidien de maman.
De maman ben ordinaire.
Qui travaille à temps plein … Pis qui fait son gros possible.