J’ai un bébé scotch tape.

On le dit gâté ou manipulateur.

On l’appelle souvent  »bébé-bras », comme si c’était une très, très mauvaise chose.

On me dit que je le couve trop, que je le laisse gagner.

Comme si c’était un combat que d’élever mon enfant… voyons !

On me dit que je le laisse prendre des mauvais plis.

Que je vais avoir des problèmes avec lui.

Mais pour moi, c’est mon bébé tout court.

Il est comme ça.

Il est parfait.

Pis je le prend comme il est : colleux, câlineur et chigneux.

Il est anxieux et parfois insécure.

Ça pourrait être pire tsé, mais je l’aimerais quand même aussi fort, pis je ferais tout ce que je peux pour être la meilleure maman possible pour lui.

Quand on est à la maison il se fait des réserves d’affection et de réconfort.

Il veut pas quitter nos bras. Il s’ennuie je pense.

Il se reprend le soir et la nuit.

Pour les journées loin de nous à la garderie.

Pis c’est ben correct comme ça.

Ben oui, il est dans mes jupes. Ben oui il s’accroche autour de moi avec ses jambes quand je tente de le déposer. Comme un petit koala. En criant comme si j’essayais de le mettre debout dans de la braise.

C’est sur que des fois j’aimerais ça préparer mon souper sans l’avoir dans les bras.

Mais c’est mon bébé scotch tape.

Pis il m’en fait voir de toutes les couleurs.

Surtout des belles je te dirais.

Il me fait découvrir des côtés de la vie que je ne connaissais pas. Il me fait surtout prendre le temps de prendre le temps, et ça, ça n’a juste pas de prix.

Je suis constamment tiraillée entre l’envie de m’arracher tous les cheveux de la tête et de le bercer à l’infini pour sentir sa tête lourde sur mon épaule.

Son soupir de soulagement quand je le prend enfin dans mes bras, au beau milieu de sa crise.

C’est pas rien être la maison de quelqu’un.

Et si je me concentrais juste sur le manque de sommeil, je manquerais l’essentiel.

L’essentiel d’un magnifique petit humain qui se construit. Qui a confiance en moi comme personne d’autre avant.

Maudit que cet enfant-là a une immense capacité d’aimer!

C’est pas rien ça dans la vie. Alors je vais le cultiver cet amour-là.

Et le regarder grandir, scotché sur ma hanche. Jusqu’à 20 ans s’il le faut.

Parce qu’être une bonne maman pour lui, c’est ça que ça veut dire : être présente physiquement.

 

Author: l’Emmèredeuse

L’emMÈREdeuse, c’est moi : Catherine.
Maman de deux (petits monstres) adorables garçons : Tom le dresseur de loups et Henri le Bébé Loup.
Je suis copropriétaire d’une famille recomposée remplie d’amour et de folie.
Ma plume prend parfois des chemins humoristiques, parfois des plus sérieux, mais toujours ceux de l’authenticité et de l’humilité.
Maman Louve à mes heures. Je partage avec vous les petits et grands moments de mon quotidien de maman.
De maman ben ordinaire.
Qui travaille à temps plein … Pis qui fait son gros possible.