Viendra un temps, où je ne serai plus ta maison.

Un jour je vais prier pour que tu m’appelles pour me raconter tes journées.
En attendant je promets de t’écouter au souper même quand ma tête a juste besoin de silence. D’écouter chacune de tes histoires rocambolesques d’ami qui a pas levé sa main à la causerie.

Je te promets de profiter de chaque instant où ta voix retentit dans la maison, pour me donner du courage pendant les jours où tu refuseras de m’adresser la parole. Parce que vient toujours un moment où on trouve que nos parents sont les plus cons du monde.

Et c’est en prévision de ces moments que je cueillerai chacun de tes rires en Cascades pour les accumuler dans mon coeur pour quand ce sera plus sombre dans la maison. Que j’enregistrerai chacun de tes « je t’aime » et de tes regards espiègles.

L’adolescence peut être une aventure très difficile parfois.

Je continuerai d’accumuler les souvenirs de ton visage heureux de revenir à la maison à la sortie de l’autobus. De toi qui court dans mes bras, comme en disant « enfin ». Enfin je suis en sécurité, enfin je suis à l’abari des moqueries. Enfin je n’ai plus à me soucier du regard des autres, enfin je peux être simplement ce que je suis.

Viendra un temps où je ne serai plus ta maison. Ni ton réconfort ni ton sanctuaire de paix.

Viendra un temps où je serai l’emblème du conflit et de l’incompréhension.

Où tu chercheras à être loin de moi. Où je devrai tenter de deviner tout ce qui se passe dans y’a vie.

J’attendrai alors patiemment, que tu reviennes vers moi.

Pour l’instant, je veux juste profiter des instants, où je suis encore ce qu’il y a de plus important dans ta vie. Pour emplir ma boîte à souvenir des plus beaux moments de ma vie.

Je pourrai ensuite les déguster, quand les murs de la maison ne t’entendrons plus rire. Quand je vais m’ennuyer à mourir des petites traces de mains qui les habillaient avant.

Viendra un jour où ma maison sera propre mais où tu vas me manquer chaque seconde.

Viens donc te coller mon amour. Que je fasse le plein de câlins ce soir. T’as déjà tellement trop grandi déjà.

 

Author: l’Emmèredeuse

L’emMÈREdeuse, c’est moi : Catherine.
Maman de deux (petits monstres) adorables garçons : Tom le dresseur de loups et Henri le Bébé Loup.
Je suis copropriétaire d’une famille recomposée remplie d’amour et de folie.
Ma plume prend parfois des chemins humoristiques, parfois des plus sérieux, mais toujours ceux de l’authenticité et de l’humilité.
Maman Louve à mes heures. Je partage avec vous les petits et grands moments de mon quotidien de maman.
De maman ben ordinaire.
Qui travaille à temps plein … Pis qui fait son gros possible.