Ne me mens pas ma chouette, s’il te plait

Je sais que ça fait partie de ton rôle d’enfant de tester les limites. Et c’est mon rôle de maman de te montrer justement elles sont où, ces limites-là. C’est à moi à t’apprendre ce qu’il faut pour être un humain ‘’comme il faut’’ : la compassion, la loyauté, l’honnêteté.

Je sais que quand tu me dis des petits mensonges, tu fais des tests. Des tests pour voir si tu peux t’en sortir, si je vais m’en rendre compte, qu’est-ce que je vais faire si je découvre. C’est ta job.

Mais si tu savais à quel point ça vient chercher toutes sortes de bibittes quand tu fais ça!

C’est que vois-tu cocotte, il y a beaucoup (trop) de gens autour de moi, autour de nous deux, qui vivent dans le perpétuel mensonge. Des gens incapables de dire la vérité, incapable d’assumer leurs gestes ou leurs paroles. Des gens qui ont perdu toute ma confiance. Des gens que je dois toujours remettre en question. Des gens de qui je ne crois plus un seul mot, jamais. Et je REFUSE que tu deviennes comme eux!

J’ai tellement peur que le mensonge devienne pour toi aussi comme une deuxième nature que j’ai cette tendance lourde à en faire vraiment tout un plat dès que tu ne me dis pas la vérité.

Ce n’est pas la fin du monde si tu as essayé de me faire croire que tu avais brosser tes dents quand tu ne l’avais pas fait. Il y a bien pire dans le monde que toi qui me dit que tu as rangé tes choses quand tu as tout laissé sur ton lit. Je le sais. Mais comprends-tu, je me dis que si je laisse passer ça, c’est le début de la fin. Le mensonge ça commence comme ça : un petit, par-ci par-là. Et ça grossit. De façon exponentielle. Jusqu’au point où plus personne ne sait où se trouve la ligne entre la vérité et la fiction.

C’est pour ça que je passe mon temps à te répéter ‘’toi et moi ma belle, on se dit toujours la vérité. Tout le temps. Même si c’est pas facile’’. Je sais que ça fait 1001 fois (no joke) que je te le dis. Mais je n’ai pas le choix. Je ne pourrais pas me le pardonner si tu deviens comme eux, comme ceux qui mentent tout le temps, ceux qui raconte toutes sortes de conneries pour nous faire croire que tout est correct. Ceux qui n’ont pas les couilles d’admettre qu’ils ont fait une erreur et qui préfère continuer de nier, même lorsque placés devant les faits.

Malgré tous ces gens autour nous, toi et moi poulette, on se dit toujours la vérité. Toujours.

Author: Marie-Claude Royer

Je n’ai pas de zone grise. Je vis trop souvent en noir ou en blanc. Je suis devenue une pro du mode survie. La maternité m’a appris le vivre et laisser vivre.
En ce qui concerne ma parentalité, je considère que je suis celle qui connaît le mieux mon enfant… Je crois que chaque parent est le « pro en chef » de ses kids et devrait toujours écouter ses feelings avant l’opinion des autres. J’ai donc tendance à ne pas accueillir à bras ouverts les critiques et conseils des autres et j’évite à mon tour de leur en prodiguer.
J’ai une plus ou moins nouvelle réalité de maman-séparée-qui-voit-son-bébé-une-semaine-sur-deux et essayer de survire lorsqu’elle est chez son père occupe tout mon temps ou presque.
Je travaille fort. Ben, j’essaye en tout cas!