J’ai peur. Mais je suis une maman.

J’ai peur.

 

Une boule d’anxiété, de rage, d’incompréhension grossi dans ma poitrine.

J’ai peur que dans quelques jours elle prenne toute la place.

J’ai peur d’étouffer.

Je suis désemparée.

J’ai tout le temps le goût de brailler.

Mais je ravale, je porte un sourire, une pâle copie de ma plus belle version.

Mais tout de même, je me force.

Parce que je suis une maman.

 

J’essaie d’occuper mes journées.

Du mieux que je peux, de faire un peu de ménage, du classement.

J’essaie de m’occuper l’esprit.

Le plus possible, mais c’est pas facile.

J’irais me coucher en boule pour dormir jusqu’à ce que ce soit fini.

Jusqu’à ce que ce soit l’été.

Mais je peux pas.

Parce que je suis une maman.

 

Je le sais que je suis à fleur de peau.

Je suis super calme un instant, puis un rien m’agresse.

Le chien qui jappe parce que quelqu’un passe dans la rue.

Ou mes enfants qui se chicanent.

Je suis plus sèche peut-être.

Moins patiente.

Mais j’essaie que ça paraisse pas trop.

Parce que je suis maman.

 

Je suis le fort de deux petits humains.

Qui ne réalisent pas vraiment ce qui ce passe.

Ils sont heureux de passer plein de temps avec moi, tout le monde en pyjamas.

(et moi aussi d’ailleurs)

Si seulement c’était en de meilleures circonstances.

La vie ne sera jamais plus comme avant.

Ils ne le savent pas.

C’est tu pour le mieux ? Peut-être.

J’en sais rien.

Je les protège du mieux que je peux.

Parce que je suis une maman.

 

Le soir je me donne le droit de pleurer dans mon oreiller.

De lire les nouvelles, un peu, mais pas trop.

Je parle à ma mère. Qui est à risque.

Je prend des nouvelles de nos grands-parents.

On réalise qu’elle chance on avait avant.

Parce que oui il y a un avant et il y aura un après.

J’espère juste que tous ceux que j’aime seront encore là.

Pour le après.

J’espère ne pas rester avec mes : « J’aurais dont dû ».

 

Si tu m’avais demandé la semaine passée si j’avais peur, je t’aurais répondu non.

Aujourd’hui, j’ai la chienne.

 

Parce que je suis une maman.

Une fille.

Une soeur.

Une petite-fille.

Une amie.

Une tante.

Une belle-soeur.

 

Author: l’Emmèredeuse

L’emMÈREdeuse, c’est moi : Catherine.
Maman de deux (petits monstres) adorables garçons : Tom le dresseur de loups et Henri le Bébé Loup.
Je suis copropriétaire d’une famille recomposée remplie d’amour et de folie.
Ma plume prend parfois des chemins humoristiques, parfois des plus sérieux, mais toujours ceux de l’authenticité et de l’humilité.
Maman Louve à mes heures. Je partage avec vous les petits et grands moments de mon quotidien de maman.
De maman ben ordinaire.
Qui travaille à temps plein … Pis qui fait son gros possible.