C’est tu juste chez moi ou ?

Souvent des fois j’ai l’impression d’être inadéquate comme maman. J’ai l’impression d’avoir tout faux. De les fucker un peu, beaucoup. Des fois je suis trop lousse, pis après j’essaie de les ramener plus droit, pis dans ce temps-là, ça pleure beaucoup, ça crie. Ça s’oppose, pis ça tente de négocier, pis moi, je me retrouve à terre, pu d’énergie.

Fini-i-i.

Pis j’ai le goût de brailler, de m’arracher les cheveux de sur la tête. J’ai le goût d’être quelqu’un d’autre, de me glisser dans la peau d’une autre maman, dans une autre cuisine (plus grande, lumineuse et propre) et avec d’autres enfants. Juste pour voir ça feel comment. Juste pour voir si le même sentiment de déséquilibre m’habiterait.

Des fois je me demande si je suis une bonne maman. Il  y en a sûrement des meilleures, mais je voudrais savoir sur quels critères on se base. Je suis là, le plus que je peux. Physiquement tout le temps, mais pas toujours amoureusement. Je les aime d’amour mes petits chats. Mais des fois, j’avoue, je me demande si y’aurait pas d’autres mamans qui réussiraient là où j’échoue.

C’est pas ma force de tenir mon bout.

Pis je me demande ce qu’ils vont me reprocher quand ils vont être grands.

Je vais avoir été trop quoi, et pas assez quoi d’autre ?

C’est comme mon tout-petit-Henri de 18 mois. J’ai encore le sentiment qu’il est un mystère pour moi. 18 mois, c’est pas longtemps pour apprendre à connaître quelqu’un au complet. Mais si y’avait eu une autre maman, elle l’aurait tu deviné plus facilement ?

Des fois quand ça m’envahit trop, je pèse sur pause.

Sur pause pis je me demande ce qui appartient à qui.

Moi je fais mon possible, tsé. Je suis une humaine complexe qui élève d’autres humain tout aussi complexes, en tentant de les accompagner dans le droit chemin, alors que moi-même je passe mon temps à me perdre.

Fake je me dis :  »Sont-tu heureux coudonc ces enfants-là ? »,  »Je les ai-tu entendu rire aujourd’hui ? »,  »Je les ai-tu vu sourire ? »,  »On s’est tu dit qu’on s’aimait ? ».

Pis là je fais une liste dans ma tête, de petits bonheurs-doux.

De ce midi, quand j’ai laissé Henri boire dans ma bouteille d’eau pis que c’était la chose la plus nice du monde.

Pis d’après, quand j’ai remercié Tom d’avoir été patient pendant que j’endormais son frère et que ses yeux se sont illuminés.

Pis au souper, juste de manger leurs nouilles dans le même bol orange ça faisait qu’on a passé un bon moment, dans le calme.

Pis je repense aux câlins d’avant-dodo, tsé les vrais câlins là.

Ça veut pas dire qu’une autre maman aurait fait ça.

Pis je me dis, qu’on va tous être ben corrects.

 

Author: l’Emmèredeuse

L’emMÈREdeuse, c’est moi : Catherine.
Maman de deux (petits monstres) adorables garçons : Tom le dresseur de loups et Henri le Bébé Loup.
Je suis copropriétaire d’une famille recomposée remplie d’amour et de folie.
Ma plume prend parfois des chemins humoristiques, parfois des plus sérieux, mais toujours ceux de l’authenticité et de l’humilité.
Maman Louve à mes heures. Je partage avec vous les petits et grands moments de mon quotidien de maman.
De maman ben ordinaire.
Qui travaille à temps plein … Pis qui fait son gros possible.