À toi, la mère toute seule.

Cette semaine, je suis solo-parentale, pis ost** que je sais pas comment tu fais, toi, la maman toute seule.

En faits je le sais pu. Parce que j’ai l’impression que c’était dans une autre vie que j’ai été monoparentale moi aussi.

Je le sais qu’on se juge durement quand on est le seul parent. On se donne pas de break. On voudrait être tout et partout à la fois.

La vérité c’est qu’être l’unique parent, c’est une job de tous les instants.

Nos enfants nous habitent, ils deviennent tout ce qu’on est et tout ce qu’on a.

On te répète souvent de prendre soin de toi aussi, maman toute seule.

Mais je le sais ben que c’est pas évident, parce que ton shift commence la nuit. Y’a personne d’autre pour se lever quand le petit se met à pleurer.

Tu sacres un peu dans ton oreiller, t’attends 2-3 minutes voir si il va se rendormir seul… mais non.

Y’a fait un cauchemar. Tes tentée de l’emmener d’emblée dans ton lit. Sauver quelques minutes de sommeil et te coller sur lui, le seul amour de ta vie.

Mais tu le sais que ça vous rendrait pas service. Parce qu’il dort bien dans son lit, pis que tu veux pas qu’il prenne l’habitude de dormir avec toi toutes les nuits, parce que t’espères ben qu’un jour, tu seras pu toute seule dans ton lit.

Le matin arrive trop tôt. Y’a personne pour se lever à tour de rôle avec toi. Te laisser un peu dormir le samedi, ou pour aller porter le petit à la garderie et te laisser le temps de te préparer à ton goût pour une fois. Tu t’es couchée les cheveux mouillé pis fuck it tu vas porter une bouboule sur la tête pour la journée.

T’as pas le temps de sécher ta tignasse.

Parce que t’es toute seule mama.

Pis t’as de la broue dans le toupet.

Je le sais que c’est le chaos chez toi ma chouette.

Mais le chaos, ça fait pousser des ben belles affaires si je me fie aux petites merveilles que t’élèvent.

Moi je la juge pas ta couette sur la tête au bureau. Je te trouve belle pareil.

Encore plus belle que quand t’étais malheureuse en couple.

Ça change pas que je le sais c’est quoi le stress quand la saison des rhumes arrive pis que ton coco a l’air un peu trop grippé.

T’es tiraillée entre l’idée de la garder à la maison pour le cajoler et la peur de perdre ta job si tu manques encore une journée.

C’est qu’il y a personne d’autre que la garderie peut appeler pour venir chercher ton bébé.

Y’a juste toi.

Toi pis ta fatigue. Toi pis ton découragement.

Toi pis ta tristesse parfois. Souvent.

Pour faire le souper, donner le bain pis endormir tes petits chats.

Y’a juste toi pour ramasser la cuisine pis le salon.

Des fois ça te fait angoisser un peu quand tu penses trop à la noirceur pis au fait qu’y a juste toi pour protéger tes amours.

Y’a vraiment juste toi.

Mais à la fin de la journée, tu sais quoi, tes petits grandissent en beauté, pis pour ça, ils peuvent dirent merci à personne d’autre qu’à toi.

Y’a juste toi aussi qui récolte les bisous, les câlins et les  »je t’aime ».

Tu fais une belle job maman. relève la tête.

Sois fière.

Je le sais que ça te donnera pas quelques minutes de sommeil de plus, ni le temps de souffler un peu que je te dise ça. Mais je t’envoie un gros câlin. Je t’admire.

Fais confiance à demain.

Ça va ben aller.

Author: l’Emmèredeuse

L’emMÈREdeuse, c’est moi : Catherine.
Maman de deux (petits monstres) adorables garçons : Tom le dresseur de loups et Henri le Bébé Loup.
Je suis copropriétaire d’une famille recomposée remplie d’amour et de folie.
Ma plume prend parfois des chemins humoristiques, parfois des plus sérieux, mais toujours ceux de l’authenticité et de l’humilité.
Maman Louve à mes heures. Je partage avec vous les petits et grands moments de mon quotidien de maman.
De maman ben ordinaire.
Qui travaille à temps plein … Pis qui fait son gros possible.